Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
14 Aug

Déduction des investissements en sécurisations, pensez-y !

Publié par David François  - Catégories :  #Informations pratiques

Pour l'exercice d'imposition 2007, la déduction fiscale d'un investissement en sécurisation en déduction unique est de 21,5%, elle sera de 20,5% pour 2008.

Il importe de faire établir un rapport au préalable par un conseiller en techno-prévention.

Bien se protéger, pour moins cher...

Chaque commune dispose d'un "conseiller en techno-prévention". Ce sont des spécialistes, formés par le ministère de l'Intérieur. Chaque indépendant peut faire appel à leurs services, gratuitement, pour voir comment mieux protéger son magasin, son entreprise ou son lieu de travail contre les vols, intrusions, agressions, hold-up... Leur intervention permet d'obtenir une déductibilité fiscale accrue des investissements réalisés. L'intérêt est donc double !


Un plan d'ensemble
Comment bien se protéger ? C'est la question fondamentale à laquelle doivent répondre les conseillers en techno-prévention. Il faut, au cas par cas, décliner une protection à trois niveaux.
"Un, les mesures organisationnelles. Il s'agit tout simplement de ne pas laisser de l'argent ou des objets de valeur à portée de main. Des précautions de base ne sont pas toujours prises. Par exemple, la caisse doit évidemment être hors de portée des clients. Les marchandises de valeur se placeront en hauteur, ou dans des armoires vitrées. Il ne faut pas laisser d'argent dans le magasin ou l'entreprise pendant la nuit. Cela semble évident, mais je vous assure que certains n'y pensent pas..."
"Deux, les mesures mécaniques. Elles peuvent être très simples : pas de poignées vers l'extérieur, fermer l'entrée d'un soupirail, maintenir un éclairage... Selon la nature du magasin ou de l'entreprise et la disposition des lieux, il faut envisager de renforcer les châssis, de placer un volet (efficace !), de poser du fer forgé aux fenêtres, voire de disposer des blocs de béton devant la vitrine pour éviter les voitures béliers."
"Trois, les mesures électroniques. Il existe une gamme énorme d'alarmes, de caméras de surveillance, de boîtiers reliés à une permanence des forces de l'ordre. Le conseiller en techno-prévention peut aider à faire un choix adapté, au meilleur prix, puisque nous n'avons aucun intérêt à vendre tel ou tel système."


Un magasin ou une PME n'est correctement protégé que si ces trois niveaux de sécurisation sont pris en compte. S'il y a une seule faille, c'est évidemment là que les malfrats vont frapper. Par exemple, la plus sophistiquée des alarmes ne sert qu'à faire du bruit si une serrure, visiblement, peut être crochetée en trente secondes. L'objectif premier, c'est que le voleur ne rentre pas.

Combien ça coûte ?
Se protéger a un prix... toujours inférieur aux conséquences d'un vol un peu sérieux. Il va de soi qu'entre une librairie et une bijouterie, les investissements nécessaires varient.  Les mesures d'organisation ne coûtent pratiquement rien. Pour le reste, le budget n'est pas nécessairement délirant. Il y a par exemple des petits coffres-forts très sûrs pour 300 euros. En général, avec 2.000 euros pour le mécanique et 2.500 euros pour l'électronique, un indépendant peut se considérer comme bien protégé, évitant 95 à 97 % des risques."
Un investissement de 4.500 euros en matériel de sécurité agréé est évidemment déductible.  A titre d'exemple, pour une entreprise qui réalise 200.000 euros de bénéfices, le gain d'impôts supplémentaire est de 348,97 euros.
A noter que, pour ces investissements, il n'y a pas de plancher, pas de plafond ni de limitation dans le temps. La sécurisation peut s'étaler sur plusieurs années. La déduction est également accordée pour des mesures "de complément". Autrement dit, une entreprise qui s'est déjà préoccupée sérieusement de sa sécurité peut appeler un conseiller, lui demander de vérifier si ce qui a été fait est cohérent, et bénéficier de la déduction pour un investissement très ponctuel.

Risque d'escalade ?
La négligence de certains indépendants en matière de protection est sans doute due au fatalisme. "De toutes façons, entend-on, "ils" y arriveront toujours s'ils sont déterminés et se protéger, à la limite, accroît les risques de violences."
Cette résignation est une erreur. "Il est important que les indépendants se sentent responsables si l'on veut limiter les incivilités. Il ne faut pas tenter inutilement les petits voleurs à la tire, qui risquent de prendre l'habitude de la délinquance. De plus, l'immense majorité des cambriolages et vols importants se produisent en l'absence des propriétaires. Si l'on peut les éviter, tant mieux. Enfin, il ne faut pas se résigner face à des faits plus graves. Même pour des professions libérales, un boîtier d'alarme silencieux sous le bureau avec une caméra dissimulée peut permettre, sans risques, aux forces de l'ordre d'intervenir très rapidement".

Commenter cet article

Archives

À propos

Présentation du bureau de comptabilité de David François Expert comptable Fiscaliste. Articles fiscaux et comptables.