Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 Jan

Kinés en attente de changement d'honoraires ...

Publié par David François  - Catégories :  #Informations pratiques

 
 
 
 
 
 
 
Après une nouvelle concertation avortée lundi, la convention devrait être adoptée le 6 février prochain sans l'aval des kinés qui n'ont pas obtenu de revalorisation de leurs honoraires.
Ils pourront dès lors fixer eux-mêmes leurs tarifs, ce qui est déjà le cas depuis le 1er janvier.

Après les médecins la semaine dernière, c'est au tour des kinés de claquer la porte de la concertation. La nouvelle proposition de convention présentée lundi au comité de l'assurance de l'Inami n'a pas été adoptée.

Cela fait plusieurs mois en effet que les kinés ferraillent avec les mutuelles et le gouvernement pour obtenir une revalorisation de leurs honoraires et de leurs indemnités de déplacement. Le résultat, c'est que la profession travaille sans convention depuis le 1er janvier 2017.

Actuellement, un kiné conventionné facture la consultation à 22,26 euros à son cabinet et à 22,65 euros lorsqu'il se déplace chez le patient. "Depuis quatre ans, nos honoraires n'ont pas progressé d'un cent", déplore Patrick Wérrion, président de l'aile francophone d'Axxon, l'association professionnelle qui représente les 22.000 kinés actifs en Belgique. Quant à l'indemnité de déplacement, elle est fixée forfaitairement à 0,39 euro! Le médecin, lui, touche 7 euros par déplacement...

La ministre des Affaires sociales Maggie De Block (Open Vld) veut amputer l'indexation de deux tiers, autrement dit indexer les honoraires de 0,83% seulement, comme pour les médecins (qui ont refusé).

Une autre demande des kinés a trait au mode de remboursement des patients. Si le kiné est conventionné, le patient retouche à peu près 73%. S'il n'est pas conventionné, le patient retouchera 25% en moins. "C'est une façon de forcer nos gens à se conventionner alors que les médecins et les dentistes ne sont pas soumis à ce genre de discrimination", dénonce Patrick Wérrion.

Lors du vote en comité de l'assurance hier, 21 voix se sont exprimées en faveur du texte, à savoir les mutuelles, et 16 contre, soit l'ensemble des prestataires de soins. "Les médecins et dentistes comprennent nos frustrations", se félicite Patrick Wérrion.

"Cela fait dix ans que nous tirons la sonnette d'alarme face au sous-financement qui affecte le secteur. Le budget ne correspond plus aux besoins de la population", se désole-t-il. Avec le vieillissement de la population et la volonté de maintenir les seniors le plus longtemps possible à domicile, la demande ne fera qu'augmenter.

Cette demande accrue a pu être en partie absorbée par une plus grande efficacité des traitements. "Nous soignons plus de patients avec moins de prestations par pathologie", confirme Patrick Wérrion. Mais le procédé a ses limites.

Prix indicatifs

Que va-t-il se passer ensuite? Le dossier reviendra le mardi 24 janvier en commission de conventions de l'Inami. "Mais je ne vois pas très bien quelles avancées on pourrait obtenir", regrette Patrick Wérrion. Du côté de la ministre De Block, on a confirmé hier par l'agence Belga qu'il n'y a "pas de budget". "Mais la concertation doit à présent se poursuivre", explique son cabinet.

Si le texte n'est pas amendé, un nouveau vote aura lieu le 6 février, lors de la prochaine réunion du comité de l'assurance. Sauf que, lors de ce deuxième vote, le texte pourra être adopté à la majorité simple. Autant dire que l'affaire est pliée en faveur du gouvernement et des mutuelles.

Le projet de convention sera ensuite envoyé aux kinés qui devront se prononcer individuellement dans les 30 jours. Si 60% approuvent la convention, celle-ci sera d'application, avec l'écart de 25% de remboursement pour les consultations chez un kiné non conventionné. Si on n'atteint pas le seuil de 60%, la convention sera également applicable, mais sans cet écart de 25%.

En attendant, Axxon conseille à ses membres de pratiquer le prix indicatif de 25 euros (au lieu de 22,26) pour une consultation en cabinet et de 27 euros (au lieu de 22,65) pour une visite à domicile. La différence par rapport à l'ancien tarif sera intégralement supportée par le patient. À moins d'un accord de dernière minute, bien entendu.

Commenter cet article

Archives

À propos

Présentation du bureau de comptabilité de David François Expert comptable Fiscaliste. Articles fiscaux et comptables.